Des enfants Indiens merveilleux – “Aapka naam kya hai?”

“Aapka naam kya hai ?” Doit-être la question que j’ai le plus entendu venant de la bouche des enfants. Cela signifie « comment tu t’appelles? » en Hindi.

Lorsque j’ai rencontré mes élèves pour la première fois, c’était surement une réelle question, mais après je pense qu’ils aimaient juste entendre une étrangère parler en Hindi, car ils ne s’y attendaient pas de ma part, mais je leur répondais en Hindi « Mera naam Laura hai ».

Je me souviens toujours de la sensation de tous ces enfants réunis autour de moi, comme des abeilles en fait, dans la rue en général et dans les bidonvilles, où je travaillais. Le matin mes petits étudiants savaient à quelle heure je devais arriver et m’attendaient devant leur bidonville, près de la route, en attendant de voir mon rickshaw arriver au loin.

10436098_10154323584995543_756376274642384395_n

Les bidonvilles de Katputali Nagar, Jaipur

Souvent ils n’attendaient même pas que je sois sortie pour me prendre la main et m’emmener à l’intérieur, jusqu’au « Anganwadi » (centre aéré en Hindi) : dans mon cas, juste un couloir.

En Inde, être un étranger suffit à attirer l’attention des gens, et ils vous posent plein de questions sur vous, sur votre famille, sur ce que vous faites etc. Il se peut même qu’ils vous demandent combien vous gagnez dans votre profession, vous risquez d’être un peu surpris mais l’argent n’est pas tabou en Inde. Ce n’est pas impoli de poser de telles questions.

Parmi les premières questions aussi, il peut y avoir souvent « es-tu marié(e) ? » – Simplement parce que c’est si important dans leur société, ils veulent savoir. Si vous faites du bénévolat là-bas, et que vous êtes une Femme comme moi, je pense qu’il est important de leur expliquer que, d’où vous venez, les femmes sont beaucoup plus indépendantes, elles peuvent travailler, voyager toutes seules, avoir leurs propres activités. Mettez-vous à leur place : ce n’est généralement pas le cas pour leurs Femmes, alors cela peut prendre un peu plus de temps pour eux de comprendre le concept.

Mais je pense que c’est échange de Cultures, et c’est ce qui fait du Bénévolat une expérience si enrichissante !

Pour en revenir aux enfants, je n’ai jamais vu une tel soif d’apprendre dans les yeux d’enfants avant cela. Ils veulent apprendre. N’importe quoi. De vous. Et ces petits yeux me faisaient me sentir coupable en me souvenant de quand j’étais enfant et que je me plaignais de l’école à mes parents. Les enfants que j’avais devant moi auraient donné n’importe quoi pour être assis devant un tableau noir. Je ne réalisais pas la chance que j’avais.

Dans mon groupe d’élèves, j’avais 4 filles très impliquées dans ce qu’elles faisaient : Krishna, qui je sentais bien comprenait les choses rapidement, très vive de personnalité, toujours prête à aider ses petits camarades, elle m’aidait à traduire mes explications en Hindi lorsque quelque chose n’était pas clair, sa meilleure amie, Karuna, Tara (qui veut dire « étoile » en Hindi) et Anju, une fille plus jeune, 7 ou 8 ans, qui ne savait pas grand-chose au début mais qui a fait des pas de géants en apprenant l’anglais pendant ces quelques mois. Parmi les garçons, Ravi, un tel sourire, et Vishal qui étaient mes élèves des plus réguliers.

10422312_10154323587555543_8510941868242923449_n

Ravi, qui me montre sa tête rasée – Bidonvilles de Katputali Nagar, Jaipur

Les lettres, les chiffres, les couleurs et les formes étaient les 4 sujets principaux que je devais répéter tous les jours avec les enfants pour qu’ils aient les bases. Ce qui était drôle c’est qu’alors que je leur enseignais le mot en Anglais, ils essayaient de m’apprendre l’équivalent en Hindi.

10522471_10154323593540543_408296030646675758_n

Anju, en train de répéter l’alphabet au centre de Katputali Nagar.

Comme je connaissais la plupart, je pouvais le traduire moi-même en Hindi: Neela-Bleu, Peela-Jaune, Gulabi-Rose, Hara-Vert… car je me souvenais que ma tante (qui a grandi en Espagne) m’avait dit qu’elle avait l’habitude d’apprendre l’Anglais avec les deux mots, dans sa langue maternelle suivi de sa traduction en Anglais, dans une chanson qui fait « Pollito chicken, gallina, hen, lápiz pencil y pluma pen, maestra, teacher, puerta door, ventana, window y piso floor » dont elle se souvient encore des décennies plus tard, et j’ai pensé que ça aiderait les enfants à se rappeler même après mon départ pour l’Europe.

Picture021

Moi dans un Salwar Kameez (habit Indien), en train de répeter les couleurs avec les enfants des bidonvilles de Katputali Nagar.

Je préparais aussi des exercices pour apprendre à compter, avec mon talent naturel de dessinatrice (ironie !) et devais les reproduire 20 fois pour tous les enfants à la maison pendant mon temps libre, leur demandais de faire des lignes de a, b, c… (en commençant par le tout début puis que l’Hindi a son propre alphabet appelé « Devnagari »), ou juste de dessiner quelque chose et de colorier en telle ou telle couleur.

J’ai aussi enseigné dans une vraie école, je veux dire il y avait un vrai bâtiment, à l’intérieur des bidonvilles, une cour, un arbre qui poussait au milieu. Dedans, des tapis, un tableau noir, et un bureau d’institutrice. Quand je suis arrivée, les institutrices avaient les enfants réunis autour d’elles et ils parlaient. Pas de vraie classe n’avait lieu. Certains enfants dessinaient assis dans un coin de la salle, d’autres dessinaient sur le tableau noir, d’autres jouaient.

Mon premier jour dans cette école, un garçon de 14 ans, Shankar, m’a approchée, je pense que c’est lui qui avait le meilleur anglais de l’école, institutrices inclues. Il n’était pas très content d’être à l’école toute la journée pour ne rien faire, il aurait aimé des journées plus productives et aurait adoré qu’un vrai cours soit donné…par moi. « Qu’est-ce qu’on va faire maintenant ? » « Qu’est-ce que tu vas nous enseigner ? » me demandait-il.

J’ai eu à m’occuper de la classe VII, et comme la première impression qu’ils m’ont donnée était qu’ils étaient tous très timides de parler le peu d’anglais qu’ils avaient, j’ai décidé de faire des jeux-de-rôles avec leur livre scolaire (qu’ils n’avaient pas l’air de beaucoup utiliser). Au début, personne ne s’est porté volontaire mais ensuite tout le monde s’amusait, en lisant les dialogues, en faisant un peu de théâtre et pour finir, on a tous passé un merveilleux moment ! Je partais avec tous les élèves de l’école autour de moi, au point que je peinais à avancer !

Katputali Nagar School, Jaipur

L’école de Katputali Nagar, Jaipur

Ma famille d’accueil m’a dit (je cite) «  les instituteurs du Gouvernement sont sans espoir », ils viennent juste pour attendre leur paye, pour avoir un repas gratuit au déjeuner : le Gouvernement Indien fournit le déjeuner aux Centres Aérés et aux écoles, en général du daal (soupe de lentilles) et chapatis (pain Indien).

Le manque d’énergie de ces instituteurs, je pense est une perte énorme pour les enfants, ils pourraient apprendre tellement pendant tout ce temps, et devenir plus confiants en eux. Cependant, il semblerait parfois que les institutrices ne savent pas beaucoup plus que les enfants, car la plupart sont des femmes, et pas éduquées elles-mêmes.

Aucun diplôme n’est requis pour être instituteur dans les écoles telles que celle de Katputali Nagar. Et si vous avez quelques mots d’Anglais (hi, goodbye, what is your name, thank you…), vous avez probablement plus que certaines personnes, et pouvez être pris pour un poste du genre. Et là commence le cercle vicieux…

C’est pour cela que, la classe moyenne Indienne n’hésite pas à payer quelque chose et envoyer leurs enfants dans des vraies écoles. Mon petit frère Indien, Sushant (le fils de ma famille d’accueil), allait à une de ces écoles, et était un très bon élève, d’ailleurs. Ses parents le surveillaient lui et ses devoirs, ils pouvaient l’aider aussi, et il est sur de bons rails pour l’avenir.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s