Le Choc Culturel, un processus d’apprentissage en soi

L’Inde et le Japon pour moi sont les 2 extrêmes en termes de Culture. J’étais bien consciente qu’il y aurait une transition avant que je m’adapte à mon nouvel environnement. On appelle cette transition « Choc Culturel ».

Heureusement, l’organisation Irlandaise qui m’envoyait en Inde (EIL, Experiment in International Living) ont un fabuleux manuel de pré-départ avec des exercices pour vous faire réfléchir aux problèmes auxquels vous pourriez faire face une fois à l’étranger et comment vous réagiriez à ces situations, ainsi que quelques conseils sur que faire, et ne pas faire.

Le Choc Culturel peut se décrire par un stress, ou de l’anxiété causé par un nouvel environnement. Bien évidemment, c’est une expérience très personnelle mais la plupart du temps, les mêmes sentiments reviennent : la solitude, le mal du pays, le mal être, irritabilité, se sentir dépassé par les évènements. L’image du poisson hors de l’eau est souvent utilisée pour illustrer le « choc culturel » ce que je pense assez approprié.

Capture

Et notre façon de réagir à ce choc est un processus d’apprentissage et d’adaptation à ce nouvel environnement.

On note habituellement 3 phases principales au « Choc Culturel », et on l’appelle la «  Courbe en U » :

  • La lune de miel: excitation d’une nouvelle expérience…
  • Choc Culturel: le stress de situations qui ne nous sont pas familières, nouveaux codes de communication…
  • Ajustement Culturel : bénéficier de l’immersion dans une culture nouvelle, et grandir de cette expérience…

Une des choses qui m’ont affectées en Inde est le manque de sommeil dû à l’humidité et la chaleur la nuit… Je m’endormais finalement lorsqu’il était temps pour moi de se lever pour aller enseigner dans les bidonvilles… Mais juste de penser que la journée qui m’attendait allait m’enseigner quelque chose de nouveau, un nouveau mot, une nouvelle tradition, un fait culturel,  rencontrer de nouvelles personnes…m’a beaucoup aidée et m’a donné l’énergie de continuer.

Chaque jour je me souvenais pourquoi j’étais là, ma passion initiale pour l’Inde, et finalement j’avais réussi à rendre possible ce rêve que j’avais, alors je devais profiter de chaque minute de mon expérience à l’étranger !

J’étais entourée de gens merveilleux aussi qui m’aidaient et me donnaient les clefs pour accéder à leur culture, toujours heureux de partager des choses avec moi, et me faisaient comprendre comment les choses fonctionnaient, comment les Indiens pensaient…ce qui a rendu mon expérience encore meilleure. Je serai éternellement reconnaissante à ces personnes (vous savez qui vous êtes 😉 ). J’ai tellement appris pendant mon séjour là-bas et en suis venue à voir le monde avec leurs yeux également. Il y a des choses que je ne cautionne pas forcément mais je peux comprendre d’où elles viennent, et parfois elles sont plus compliquées qu’elles en ont l’air, pour des yeux occidentaux. Une telle expérience vous enseigne à voir le Monde d’un autre œil, élargir votre perspective.

Et puis évidemment, il y a le retour à la maison, qui peut être aussi une expérience très difficile. On l’appelle la « Courbe en W » (le processus décrit ci-dessus + retour).

Des évènements ont eu lieu à la maison, que l’on a pas forcément vécu complètement avec la famille/amis, des changements ont eu lieu…et il faut se réadapter à ces changements divers, et peu à peu se réajuster à notre vie antérieure. Cela peut prendre un peu de temps mais on ne peut pas négliger cette étape.

Quand je suis revenue de l’Inde, j’ai commencé un travail (une semaine seulement après avoir atterri à la maison) pour une société de pétrole à Genève, Suisse, où beaucoup d’argent est brassé, grandes soirées, deux jours travaillés à Chamonix avec un groupe de collègues à skier tous frais payés, un jacuzzi dans notre chalet… et j’ai trouvé difficile de passer des bidonvilles Indiens…à cela.

Une fois être passée par toutes les étapes nécessaires de cette expérience, on  a appris beaucoup sur l’environnement, les gens, et aussi….sur soi-même.

Cela reste un merveilleux souvenir et parfois je me demande, “etait-ce vraiment moi qui l’ai vécu?”…

 

Advertisements

Culture Shock, a learning process in itself

India and Japan, to me are the 2 extremes in terms of Cultures. I was well aware there would be a transition before I adapt to my new environment. This transition is called “Culture Shock”. Fortunately my Irish sending Organization (EIL, Experiment in International Living) have a fabulous pre-departure book with exercises to make you think of the issues you might have once abroad, and even more important, how you might react to those situations, and some advice on dos & don’ts.

Culture shock can be described as a stress, anxiety due to a new environment. Of course, it is a very personal experience but most of the time common feelings of loneliness, homesickness, uneasiness, being overwhelmed, being irritable, arise. The picture of a fish out of the water is often used to refer to Culture Shock, which I think is quite appropriate.

Capture

And how we react to it, is a learning process and adaptation to the new environment.

We generally say there are 3 main phases to Culture shock, and call it the “U curve” process:

  • Honeymoon: the excitement of a new experience…
  • Culture shock: the stress of unfamiliar situations, new codes of communication…
  • Cultural adjustment: benefit of the immersion in a new culture and growing from this experience…

One of the things that have affected me was the lack of sleep due to the humid and hot weather at night…I was finally falling asleep early morning when it was time for me to get up and teach in the slums… But just thinking that the day ahead, I would learn something new, a word, a tradition, a culture fact, or meet new people…helped a lot in the process and gave me the energy to keep going.

Every day I remembered why I was there, my initial passion for India, I had finally made it possible for me to realize my dream and had to make the most of every minute of this experience abroad!

I was also surrounded by wonderful people helping me and giving me the keys to their culture, always happy to share things with me and who made me understand how it worked, how Indian people thought…..which made the experience even more enjoyable. I will eternally be grateful to those people (you know who you are 😉 ). I have learnt so much during my stay in that country, and have come to see the world with their eyes too. There are things I don’t necessarily agree with, but that I can understand where it comes from and sometimes it can me much more complicated that it seems, from occidental eyes. Such an experience teaches you to see the World with different eyes.

Then of course, the return back home is another experience that can be quite difficult. It is called the “W-curve” process (the above described process + return back home…).

Things have happened back home which we have not fully experienced with relatives, changes have happened…and we need to readjust to those changes, and settle again in our environment. It can sometimes be a long process too!

When I came back from India, I started working (a week after landing home) for an oil company in Geneva, Switzerland, where there is a lot of money involved, big parties, 2 week days spent in Chamonix with a group of colleagues skiing, a Jacuzzi in the chalet…and I found it quite difficult to switch from the Indian slums…to that.