Jodhpur, la ville Bleue

Prendre l’avion du Maharastra à un autre état: celui du Rajasthan. Littéralement “la Terre des Rois” en Hindi. J’ai reçu un accueil incroyable, avec une grande enseigne “Bienvenue au Rajasthan” avec des fleurs et mon nom dessus (sans faute!). Trop mignon!

Après avoir laissé mon sac dans le petit hôtel d’héritage et avalé un Daal du Rajasthan (purée de lentilles), j’ai rejoint mon guide pour aller au bazaar (le mot Hindi pour “marché”) près de du quartier de la Tour de l’Horloge, le Marché Sardar où les touristes ne vont habituellement pas, mais il voulait me montrer les produits locaux: les bonbons, lentilles pour le daal, jus de canne à sucre et jus de mango, produits en cuir de chameau, textiles (nous sommes allés dans un magasin où le propriétaire présentait son propre travail, fier de recevoir des commandes de designers du monde entier comme Kenzo, Hermès, Armani etc… – il m’a montré une photo de Richard Gere dans la boutique avec lui, et un article de magazine où un des designers le mentionne.

Raghu, mon gentil guide, est né ici, et a fait toute sa scolarité dans cette ville, qui compte 1.2 million d’habitants (la ville la plus grande du Rajasthan après Jaipur et Udaipur, étant la troisième en taille) et vit toujours ici. Un vrai local, et j’espère entendre des histoires du coin!

“Pur” dans Jodhpur vient du Sancrit et veut dire “ville”. Les villes Musulmanes finissent souvent par “bad”, par exemple Ahmedabad. Les gens ici sont des Marwari (de la zone Mawar: Jodhpur, Bamer, Jalor, Pali, et Nagaur).

Le Fort ici a été constuit par Rao Jodha en 1459, Maharaja qui a donné son nom à la ville.

Le propriétaire de là où je loge (Ratan Vilas) est le cousin du Maharaja qui habite actuellement dans le fort.

Pourquoi appelle t’on cette ville la “ville Bleue”? Et bien cela vient de la peinture bleue indigo qui recouvre les murs des maisons. Pourquoi les peindre en bleu? Parce que cela garde les maisons plus fraîches et éloignent les insectes, puisque ces derniers pensent que c’est de l’eau et ne veulent pas se noyer. Les locaux disent “Le bleu est bon pour les yeux, pas pour les mouches” (en anglais ça rime: Blue is good for the eyes, not for the flies.)

 

Nous sommes passés devant le Taj Hari Mahal Palace, où Elizabeth Hurley, apparemment une mannequin et actrice Anglaise, s’est mariée avec un Indien…mais en est déjà divorcée.

Pendant la visite du Fort, quelques-uns des autres visiteurs étaient des pélerins qui marchaient depuis les villages alentours pour aller à un temple près de Jaisalmer (à environ 80 km de la ville dorée). L’entrée pour eux était à moitié prix parce que la raison de leur présence était religieuse. Ces personnes n’étaient pas éduquées et parlaient uniquement leur proper dialecte, pas même Hindi (la langue officielle nationale). Le personnel du Fort leur donnait des instructions au micro parce que lire les panneaux leur était impossible. Ils ne voient jamais de touristes dans leurs villages reculés, alors ils me regardaient avec intérêt, et j’avais quelques 50 paires d’yeux qui me fixaient…

Après avoir pris un ascenseur (qui Dieu merci ne datait pas de la construction du Fort! haha), on est arrivés sur une terrasse avec une vue sur toute la ville, et un mur de 10 km de long qui l’entourait, et des lacs artificiels. Dans le Fort, les différentes salles vous faisaient revivre le temps des Maharajas avec plein de décorations scintillantes et de couleurs!

Raghu m’a emmenée à Thada Jaswant, le Crematorium Royal. Quelle surprise mais bon, si les locaux sont fiers de quelque chose dans leur ville, alors cela vaut la peine de le voir, car cela fait partie de leur identité! Et effectivement c’était un endroit magnifique avec des verts jardins et des fleurs. Sans parler de la vue incroyable sur le fort sur sa montagne. J’aurais pu y passer des heures, et faire la sieste sous un arbre! Raghu m’a avoué que beaucoup de touristes Indiens ne veulent pas voir ce monument car le mot “crematorium” ne les inspire pas. Eh bien, ils ont vraiment raté quelque chose! De plus, apparemment, personne n’a été incinéré ici, cela se passe ailleurs et ensuite les cendres sont apportées ici avec une photo de la personne pour le souvenir.

Alors que je prenais une photo de Raghu, il me remerciait alors lui ai répondu “Aapka swagat hai” (“de rien”) et un des jardiniers, qui passait à ce moment là a demandé si je parlais Hindi, tout surpris, alors on lui a répondu “thora Hindi” (“un peu d’Hindi”).

Dans le mémorial, il y avait des photos partout de la famille du Maharaja, et même s’il y faisait très sombre, la lumière passait à travers la pierre translucide, et donnait l’impression que les murs étaient de couleur orange.

Après la cérémonie, dans le temps, tous les invités prenaient un bain dans le lac artificial tout près de là, de façon à se laver le corps et l’esprit.

Ma visite de la ville était terminée et il était temps de dire “Alvida” (“au revoir”) à Raghu, qui avait si généreusement partagé cette ville où il est né et a grandi et… j’ai HORREUR des adieux…!!! Mais comme dit un film Hindi, “Khabi alvida naa kehna“ce qui veut dire “ne dis jamais au revoir car cela empêche de se rencontrer de nouveau”.

Alors à cela, je préfère “Phir milenge” (“à bientôt”).

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s